La province de Namur, au coeur de votre quotidien

Les étudiants en Agri Bio vont raconte la visite des serres UCL

 

" Dans le cadre du cursus de spécialisation en Agriculture biologique, nous avons eu l’occasion de visiter le 04 décembre 2018 les serres de l’UCLouvain, à Louvain-la-Neuve, guidés par le responsable de la plate-forme technologique ‘serres, phytotrons’ Monsieur Marc Migon.

Lors de cette visite, nous avons découvert les installations et les différents essais menés en ce moment dans les serres et phytotrons. Les phytotrons sont des locaux totalement isolés des conditions climatiques extérieures puisqu’on y contrôle même l’éclairement. Nous avons débuté par une large présentation de l’équipement des serres totalement reconstruites en 2014 (lumière, chauffage, brumisation…).

Eclairage LED contrôlé en fonction des besoins spécifiques des plantes (proportion de rouge-rouge lointain…), double vitrage, toiles d’ombrages commandées à distance, revêtements de sols adaptés aux traitements expérimentaux, stations météos, isolation du sol, traitements des eaux… sont autant d’exemples technologiques qui combinent rigueur de la recherche scientifique aux économies d’énergie.

La serre est divisée en différentes cellules gérées indépendamment pour les facteurs climatiques (température, luminosité et hygrométrie). Nous avons notamment visité, entre autres, certaines cellules destinées à la recherche en phytoremédiation ou encore sur la gestion des auxiliaires. A ce titre, une exceptionnelle installation nous a été montrée : la culture aéroponique. Elle consiste à effectuer des suivis de croissance et de développement de plants (céréales par exemple) cultivés au-dessus de grands bacs de PVC dans lesquels une solution de croissance est vaporisée. Un système de robots assure la circulation des plants disposés sur des bancs d’essai, ainsi que le scan complet de la plante, depuis l’apex racinaire jusqu’à la tige. Le traitement des données est ainsi grandement facilité et l’on détermine facilement le pattern de croissance des racines.

Nous avons par la suite découvert leurs méthodes de préservation de maladies phytopathologiques utilisées pour les séances de travaux pratiques des bacheliers de la Faculté des sciences et de la Faculté des bioingénieurs ainsi que pour les différentes expériences menées au sein des Instituts de recherche. Par ailleurs, nous sommes rentrés dans quelques cellules dites « d’agréments » dans lesquelles nous avons découvert une quantité de plantes originales (plantes carnivores par exemple) mais aussi tropicales (coton, banane, cacahuète, vanille…).

Ces infrastructures sont également mises à disposition d’entreprises privées ou à d’autres programmes de recherche hors UCL (en location/cellules). Grâce à ces outils à la pointe technologique, les entreprises viennent réaliser des tests variétaux toute l’année.

Nous retiendrons particulièrement les différentes mesures de sécurité mise en place au sein des installations, spécifiquement dans la zone de confinement/quarantaine biohazard, où des OGM ainsi que des virus et maladies infectieuses étaient étudiés."

 

Les étudiants de la spécialisation en Agriculture biologique.